De plus en plus de propriétaires se préoccupent de ce qu’ingèrent leurs chiens : les croquettes industrielles ne seraient-elles pas plus nocives qu’il n’y paraît ?

Il y a quelques générations, nos chers toutous recevaient les restes des repas et ne s’en portaient pas plus mal. Mais depuis la Seconde Guerre mondiale, tout a changé : l’industrie de l’alimentation animale s’est emparée de la production de nourriture pour animaux et a connu un essor faramineux. Ce sont aujourd’hui des millions de tonnes de croquettes que les français donnent chaque année à leurs toutous.  Un très juteux marché, qui a atteint 3,4 milliards d’euros l’année passée !

Donner des croquettes (ou de la pâtée), c’est un problème ? Dans le fond, nos vies nous donnent-elles encore le temps de leur préparer les repas frais adéquats ? Le concept de la croquette, en plus d’être utile, nous permettrait (selon les grandes marques), d’apporter les nutriments essentiels à l’alimentation des canidés…

C’est du moins leur argumentation, car de plus en plus de spécialistes et de personnes remettent ces affirmations en question : un nombre croissant d’animaux de compagnie souffrent aujourd’hui de maladies chroniques (cancers, maladies rénales, diabètes, problèmes cardio-vasculaires ou diabète). C’est le constat alarmant que dresse la vétérinaire allemande Jutta Ziegler, dans son dernier ouvrage “Toxic croquettes”, où elle fait le lien entre l’alimentation industrielle et l’explosion de ces pathologies, comme chez les humains.

Allant également dans ce sens, le reportage de France 5  “Quelles croquettes pour nos bêtes ?” a fait grand bruit : dans les coulisses de l’usine d’un célèbre fabricant, les journalistes découvrent un univers aseptisé à la production standardisée. Le groupe prend soin de montrer son expertise et son respect des normes. Jusque là, pas de problèmes, sauf lorsqu’il s’agit de savoir la provenance des matières premières, qui sont, selon les dires du responsable : “secrets de fabrication”… no comment !

Croquettes industrielles : ce qu’on ne vous dit pas !

Les grands groupes achètent à prix attractif des stocks de restes de boucherie de basse qualité, tels que graisses, griffes, os, couenne, peaux, plumes ou même cornes ou sabots. Entrent également dans le stock des “matières premières” des cadavres d’animaux, les restes d’équarrissage et autres déchets d’abattoirs. Une fois collectées, ces matières vont être broyées, mélangées et envoyées vers un cuiseur, ou elles seront traitées à très haute température… ce qui ne manquera pas de détruire les nutriments utiles à leur alimentation.

Réduites à l’état de farines animales, retransformées encore une fois, les fabricants ajoutent à ces farines quantité de matières grasses, poudres de céréales raffinées, agents texturants ainsi que toutes sortes de compléments, afin de susciter l’appétence. Pas grave, votre fin limier n’y verra que du feu !

Dans le but de limiter l’altération des matières grasses, les industriels de la croquette utilisent des conservateurs chimiques tels que le BHT, le BHA et l’éthoxyquine : des agents conservateurs bon marché qui peuvent être nocifs en cas d’ingestion importante et répétée.

L’éthoxyquine est listée comme pesticide au Codex alimentarius [22].

En raison de l’utilisation de ce pesticide dans l’alimentation animale, des résidus ont été trouvés dans la viande, les produits laitiers, les œufs et les abats [28]. Il est également utilisé sur certains fruits (pommes, poires, …) et des condiments [13e,23,25,27,28]. Possibilité d’affection du foie [26], de dermatite par contact [26,28].

Source : http://www.additifs-alimentaires.net/

Outre les origines douteuses des matières premières et un processus de fabrication (cuisson à très haute température) détruisant les éléments nutritifs, de plus en plus de spécialistes pointent l’ajout de céréales raffinées comme facteur pathogène potentiel.

Dans l’industrie de la croquette, les céréales sont utilisées massivement pour leur amidon, qui sert d’agent texturant. Un produit facile, mais surtout très bon marché, que les fabricants ajoutent en grande quantité dans les farines issues des matières premières.

Quels problèmes pour leur santé ?

Mais les céréales, c’est bon pour la santé, non ? … oui et non : les céréales ne sont pas mauvaises en soi.

Mais un premier problème est la présence potentielle de moisissures dans leurs farines, les “mycotoxines”, qui peuvent avoir des conséquences sur la santé de nos animaux de compagnie : apparition de démangeaisons, diminution du système immunitaire ou encore problèmes de reproduction.

Le second problème est lié à la présence massive de farines raffinées de céréales dans les croquettes ou pâtées : nos chers toutous n’ont pas l’anatomie nécessaire pour absorber ces farines bon marché en une telle quantité. En quelque sorte, une alimentation “contre-nature”. Obésité, démangeaisons, dermatites ou maladies chroniques ; certains vétérinaires sont aujourd’hui convaincus que l’augmentation des problèmes de santé chez nos amis à quatre pattes est liée à l’alimentation.

Comme tout cela est parfaitement légal, les lobbys de la fabrication industrielle ont encore de beaux jours devant eux…

Mais alors, existe-t-il des aliments meilleurs que les autres ?

Le Barf, qu’est-ce que c’est ?

Le Barf, ou “nourriture crue”, est un régime à base de viandes crues. L’idée est de nourrir nos chiens avec des aliments à la base de leur alimentation. Préparée de manière artisanale, et le plus souvent directement par les propriétaires, la viande crue est mixée avec certains légumes-racines (carottes, courgettes, …) assurant leur apport en fibres et réduits en purée pour une meilleure assimilation. Voilà qui est tentant!

Mais à l’heure actuelle, aucune étude scientifique ne prouve encore les bienfaits du Barf et certains vétérinaires pointent le risque de contamination via les bactéries ou parasites présents dans les viandes crues. Un risque à ne pas négliger…

Pas complètement rassurée par le Barf non plus, j’ai testé les restes de viandes à cuire soi-même : vendus dans un sachet de 3 kilos par mon boucher artisanal, les restes se présentent sous forme compactée. J’ai utilisé un grande casserole pour y mettre le tout, qu’il m’a fallu cuire une demi-heure environ. Autant vous dire que mon chien s’est régalé comme jamais ! Le souci, non négligeable, est le fumet pestilentiel qui s’est dégagé de la cuisson … avec une odeur presque insoutenable pour le commun des mortels !

Bien que je sois convaincue du bien-fondé d’une alimentation fraîche,  je ne crois pas avoir le courage ni l’envie de renouveler l’expérience…

Bien choisir ses croquettes : composition + qualité

Bon, mais que faire alors lorsque l’on ne veut plus faire avaler n’importe quoi à nos amis ?

De plus en plus impliquée dans ce questionnement, je me suis lancée dans un comparatif des bonnes pratiques en matière d’alimentation canine. En reprenant le raisonnement, il faut prêter attention à l’origine des protéines entrant dans la composition (protéines de qualité), ainsi qu’au pourcentage des matières grasses et des glucides.

1. Composition :

Via un schéma, voyons d’abord de quoi se compose une croquette idéale, selon certains spécialistes :

schéma d'une bonne croquette pour chien, avec les pourcentages des composants

Une bonne croquette pour chien se compose des éléments repris dans la tableau, tels que les protéines, des matières grasses, des fibres, des cendres (minéraux), humidité et glucides. Ce à quoi il faut prêter attention est le pourcentage de ces éléments ainsi que leur origine.

Au niveau des pourcentages, l’on conseille de choisir une composition faite d’environ 35% de protéines, 20% de matières grasses et d’une vingtaine de % de glucides. Si les chiffres peuvent varier, ce schéma permet de se faire une idée globale de la fourchette des taux recommandés afin de préserver la santé de nos toutous. A la nuance près qu’un chien de traîneau en activité n’aura évidemment pas les mêmes besoins nutritionnels qu’un bichon d’appartement ou un chiot d’un senior…

Donc beaucoup de protéines, c’est rassurant ? Oui et non, car au delà du ratio, il s’agit de surtout de vérifier l’origine de ces protéines, que l’on préférera de qualité : celles où les parties de l’animal sont clairement mentionnées plutôt qu’une appellation du style “sous-produits animaux”. A fuir !

Il s’agit donc, en propriétaires circonspects, de bien regarder les étiquettes à l’arrière des sachets sur lesquels le taux de glucides n’est généralement pas indiqué. Si vous voulez connaître le taux de glucides présent dans les croquettes de Médor, un petit calcul s’impose. Il s’agit d’une formule simple :

100 – (% protéines + % matières grasses + % fibres + % cendres + % d’humidité)

Ce qui en résulte est le pourcentage d’humidité.

Exemple : 100 – (25% de protéines + 10% de matières grasses + 1% de cendres + 9% d’humidité) = 55% de glucides

Une fois ce pourcentage calculé, je peux déjà me faire une idée d’une proportion adéquate … ou pas. Mais en ce qui concerne la qualité des ingrédients ?

2. Qualité des ingrédients :

Pour m’en faire une idée, je me suis référée à l’étude qu’a menée le site “alertes-croquettes”. Son fondateur a créé un tableau permettant de juger de la qualité des éléments d’une croquette ou d’une pâtée, que je vous reproduis ici :

Croquettes de bonne qualitéCroquettes de qualité acceptableCroquettes de mauvaise qualité
Source de protéines animales
Viande de boeuf, poulet, dinde, poissons dont la variété est mentionnée 

Oeufs entiers ou déshydratés

Poulet déshydraté, frais ou foie de poulet
Poulet, boeuf, porc, dont la variété est précisée mais non la partie de l'animal

Viande de volaille et poissons dont la variété est inconnue
Protéines ou farines de poulet, volailles, poissons, boeuf

Viande déshydratée dont l'origine est inconnue

Sous-produits animaux

Hydrolysat de protéines animales
Source de protéines végétales
Légumes : carottes, tomates,
courgettes, luzerne, épinards

Algues ou varech

Chicorée ou racine de chicorée

Thym, romarin, extrait végétal de thé

Levure de bière, fruits en faible quantité
Pommes de terre, tapioca, riz

Pois chiches, pois jaune, petits pois

Lentilles, fèves

Manioc ou farines de Manioc

Fruits : pommes, poires, caroubes
Maïs, blé, avoine, orge ou céréales non précisées

Soja, farine de soja, amidon

Protéines de maïs, de pomme de terre, Gluten

Fibres végétales, de cellulose

Hydrolysat ou Hydrolat de protéines végétales
Source de matières grasses
Graisse de poulet, de canard

Huiles de saumon, de hareng, de lin
Huiles de poissons, végétales ou de soja (non précisées)Huiles et graisses animales (non précisées

Et c’est dans la composition que le bio peut vraiment faire la différence : les fabricants, moins nombreux que les grands industriels, cherchent à faire la différence en offrant des produits plus qualitatifs.

L’origine des protéines et matières grasses y est régulièrement mentionnée. Chez certains, l’accent est mis sur les circuits-courts et le bien-être des animaux destinés à la consommation est pris en compte.

En vue de partager avec vous une de liste des fabricants d’alimentation bio pour chiens que j’ai répertoriés, je vous invite à lire l’article y étant spécialement dédié. On trouvera leurs certifications, la composition de leurs produits, leur éthique vis-à-vis de l’environnement et du bien-être animal… ou pas. Pour moi, ça compte aussi, pas vous ?

Avez-vous modifié l’alimentation de votre chien ? Venez en discuter sur le groupe Facebook et découvrez nos autres articles sur l’alimentation du chien au naturel !

Le bouillon d’os, un cocktail santé pour le chien

Le bouillon d'os est un moyen facile et peu onéreux d'apporter de nombreux nutriments à votre chien. Pourquoi et comment le préparer facilement : Lorsque les jours raccourcissent et qu'il fait froid, si votre chien est convalescent ou viellissant, un remède idéal que...

Toxiques, les croquettes pour chiens ?

De plus en plus de propriétaires se préoccupent de ce qu’ingèrent leurs chiens : les croquettes ne seraient-elles pas plus nocives qu’il n’y paraît?

Du bio pour mon chien : tous les bienfaits

Nous sommes de plus en plus nombreux à nous interroger sur ce que l’on donne à nos amis les chiens. Leur garantir des produits sains, c’est possible ?

La spiruline, un supplément idéal pour mon chien !

La spiruline est une algue microscopique âgée de plus de 3 milliards d’années. Pour ses nombreux bienfaits sur la santé, on peut en administrer à nos compagnons à quatre pattes…

Les bienfaits du miel pour le chien

Depuis longtemps, on sait que le miel a des vertus curatives. Quels sont les bienfaits du miel pour le chien ?

La nourriture bio pour chiens au banc d’essai

Toujours à la recherche de la nourriture idéale pour mon toutou, j’ai passé les marques bio en revue : avec ou sans gluten, matières premières de qualité, pressage à froid ou encore faible taux de glucides.Voyons ce qu’elles nous réservent.

Les fruits et légumes, aussi pour mon chien ?

Tout comme les humains, nos chiens ont besoin d’un apport régulier de nourriture fraîche et naturelle. Si l’alimentation lyophilisée ne suffit pas, quels légumes et fruits frais leur fournir et en quelle quantité?

10 friandises naturelles pour chiens

De temps en temps, on a envie de les récompenser. Pour vous aider à choisir, voici une liste de 10 friandises naturelles pour chiens :

La nourriture fraîche pour le chien

Quand on cherche à alimenter son toutou avec ce qu’il y a de meilleur, il peut être difficile de s’y retrouver. Voyons en quoi la nourriture fraîche pour le chien peut être un choix judicieux !

Partages

On y poste les plus jolies photos de nos poilus, on y témoigne.

Conseils

On y reçoit les conseils bio et naturels pour son toutou.

w

Avis

On y partage ses expériences avec les autres membres.

i

Infos

On peut y consulter les fichiers mis à disposition pour le groupe.

 

Catégories

Ce site réalise certains articles sponsorisés, afin de payer les frais liés à sa maintenance et à son hébergement. Les produits sont cependant testés et approuvés, dans le respect de la déontologie.

Encore plus d'idées au naturel pour nos toutous ?

Un message ? Une suggestion? Ecrivez-nous :

© Mon chien bio 2018. Reproduction interdite sans accord de l'auteur.